Programme d’invetissement pour obtenir un passeport étranger. Nos explications.

Aujourd’hui la pratique est presque universelle. En échange d’une certaine somme d’argent injectée dans l’économie, des investisseurs fortunés peuvent acquérir une double nationalité. On parle de programme d’investissement ou de “citoyenneté par investissement”. Cela offre des privilèges tant pour les demandeurs que pour les pays d’accueil. Que faut-il en retenir? Lisez cet article pour en savoir plus !

passeport-ueC’est quoi au juste?

Il s’agit pour les demandeurs d’acquérir une double nationalité. Celle-ci permet de voyager dans le monde, dans des pays beaucoup plus stables et de scruter d’autres horizons pour son business. Cela permet entre autres de surmonter des difficultés liées aux frontières et de profiter de pays plus stables avec un niveau de vie de qualité, un système de santé plus avantageux et d’un système d’éducation très performant. Vous pouvez trouver des informations encore plus précises sur ce site en anglais.

Pour le pays d’accueil, c’est un investissement dans l’économie. Le montant des investissements peut aller de 13 500 euros à plus de 5 millions d’euros. Il peut prendre plusieurs formes :

  • investissements immobiliers ;
  • investissements en obligations d’État ;
  • investissements en capital ;
  • dotations d’une activité contribuant au bien public ;
  • contributions ponctuelles au budget de l’État.

Les États les plus réputés en Europe sont notamment le Portugal, l’Espagne, le Malte, le Chypre, la Grèce.

Quelles sont les conditions imposées pour bénéficier de ces programmes?

Aujourd’hui, il faut faire le net distinguo entre les pays qui permettent d’acquérir directement leur nationalité et les pays qui,eux, permettent de bénéficier seulement d’un titre de séjour comme les États-Unis et le Canada. Le nombre de condition varie aussi d’un pays à l’autre. Par exemple, Antigue-et-Barbude exige un investissement de 90 000 € dans le Fonds national de développement du pays. Chypre propose un investissement de 2,15 millions d’euros dans l’économie locale. La Moldavie demande un investissement de 100 000 € dans le Fonds d’investissement public local pour voyager dans 119 pays sans visa. Par ailleurs, pour la résidence en Grèce, il faut investir au moins 250.000 € dans des propriétés grecques etc.

Inconvénients, dangers et risques.

Petit hic! Les conditions ne sont pas souvent strictes. Cela entraîne des risques de sécurité liés aux blanchiments de capitaux, à la fraude fiscale et à la corruption. En plus ces programmes ont déjà soulevé quelques scandales financiers dans le monde. On peut évoquer par exemple le cas du ministre de l’Intérieur portugais Miguel Macedo qui a démissionné en 2014, pour cause de corruption en relation à des octrois de nationalités. Cela avait aussi conduit le gouvernement à geler son programme durant quelques mois.